mardi 5 novembre 2019

Villaseca, reine des ferias de novilladas


En arrivant le matin à Villaseca de la Sagra, avant que ne commencent les encierros à partir de 9 heures, il y a de fortes chances de croiser Jesús Hijosa, le maire. Une poignée de main virile, un homme de convictions, convaincant.
Sans détour, et il ne cesse de le répéter, la politique de sa commune de 1.800 habitants, située dans la province de Tolède, c'est la tauromachie. Et il le dit, si Villaseca de la Sagra est connue en Espagne, et même au-delà, c'est grâce aux toros !
Voici un maire qui a mis le toro au centre du village, aussi bien au propre qu'au figuré, car en plein Villaseca, il y a cette monumentale statue en hommage au toro de combat.
La dimension de Villaseca sur l'échiquier taurin évolue un peu plus chaque année. Il faut dire que la commune propose beaucoup d'événements en la matière. Des colloques, de nombreuses tientas au printemps avec une novillada non piquée comme finale, la fameuse feria de novilladas de septembre, mais aussi un match de foot solidaire entre aficionados et toreros, et cette année, le luxe d'un concours de recortadores avec les toros de Cebada Gago de la corrida annulée à Pamplona, et qui avaient précédemment couru le plus célèbre des encierros dans la Calle Estafeta. Ce soir-là, pour le concours de recortadores, les organisateurs ont dû laisser des centaines de personnes hors de l'arène tellement la demande était forte aux guichets.
Pour fonctionner, Villaseca dispose d'excellentes installations, avec une plaza de toros récente, à la fois moderne et équipée.
Et la feria de cinq novilladas, en septembre, attire un peu plus de monde chaque année. Une prouesse quand on sait qu'il est difficile d'organiser des novilladas piquées à l'heure actuelle. Alors une feria complète, dans de bonnes conditions économiques, c'est plus que louable.
Villaseca de la Sagra est actuellement la locomotive de toutes les autres ferias de novilladas, et cela donne espoir pour l'avenir.
Les novilladas piquées de Villaseca ont toujours lieu les 5, 6, 7, 9 et 10 septembre. Le 8, il n'y a jamais de novillada, car c'est le jour de la Virgen de las Angustias, patronne du village.
Une journée taurine dans ce village commence par les encierros du matin, se poursuit par le sorteo qui est public puis par la novillada du soir.
Les tarifs sont attractifs puisque le prix unique pour une novillada est de 15 euros, et l'abonnement pour assister aux cinq de 60 euros. Imbattable.
Il faut reconnaître que le travail qui a été fait à Villaseca de la Sagra a largement porté ses fruits, et que la promotion qui est faite de la feria est la bonne. Celle-ci est très suivie, avec chaque année davantage de monde sur les gradins, et devant les écrans, puisque les novilladas sont toutes retransmises par Castilla-La-Mancha TV.
En 2019, les cinq novilladas provenaient des élevages de La Quinta, Jandilla, Baltasar Ibán, Cebada Gago et Monteviejo, avec à chaque fois, au niveau de la présentation, des lots de premier choix.
C'est le novillero mexicain Diego San Román qui a remporté cette année la vingtième édition du trophée de l'Alfarero de Oro, tandis que Francisco Montero, engagé le dernier jour en remplacement de Maxime Solera, blessé, a laissé une superbe impression.
De par son implication dans le monde de la tauromachie, son souci du maintien des novilladas, l'intérêt de ses affiches, son sérieux, son respect de la lidia et des tiers de piques, Villaseca de la Sagra est une arène qui chaque année donne envie de revenir.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire