lundi 13 avril 2020

Mugron

Je me souviens de la première fois en passant à Mugron, alors qu'Internet n'était pas tellement en vogue, et les smartphones encore moins... Et ce sans jamais avoir vu une seule fois en photo à quoi pouvaient bien ressembler les arènes de la commune ! Il fallut à l'époque – tout début des années 2000 – demander à un autochtone où elles se situaient.
Alors si on l'ignore complètement, elles s'avèrent bien difficiles à trouver. Car elles sont sur une place, étonnantes, adossées à une grande maison à l'architecture typique du département des Landes. Depuis, faire la découverte d'arènes que l'on a pu "prévisualiser" en photo a forcément moins de charme !
Sur le calendrier, Mugron est l'une des toutes premières novilladas de la saison, le lundi de Pâques.
C'est une association qui gère et essaye de bien faire les choses chaque année. Une non piquée le matin et une novillada avec picadors l'après-midi.
Dans les années 90, Mugron et ses arènes centenaires ont été témoins de la venue de très nombreux novilleros punteros, parmi eux José Tomás.
Et ces dernières années, place a été faite à la variété en terme de ganaderías. Avec par exemple Baltasar Ibán en 2015 et 2019, Murteira Grave en 2016, El Añadío en 2017, Pincha en 2018.
Avec parmi toutes ces courses, une très forte impression du lot d'Ibán en 2015, qui prit dix-sept piques pour quatre chutes de la cavalerie, et fut combattu par Alejandro Marcos, Louis Husson – qui s'était accroché de façon remarquable face au cinquième novillo – ainsi que Pablo Aguado.
En 2020, les organisateurs de la Peña Taurine Mugronnaise avaient encore opté pour une affiche de premier choix, avec six novillos du prestigieux élevage de Torrestrella pour Francisco Montero, Tomás Rufo et le nîmois Solalito.

Florent





Aucun commentaire:

Publier un commentaire